Elle’ixir, oui mais pourquoi?

Depuis les années 1960 la consommation d’alcool par habitant et par an n’a cessé de diminuer. Lorsqu’on s’intéresse aux chiffres on voit d’ailleurs que rien qu’entre 2000 et 2003, la consommation est passée de 18L/habitant à 10,4L/habitant tout sexes confondus.

Cette tendance met évidemment les entreprises commercialisant de l’alcool face à un défis. Il est primordial pour elles de conquérir de nouveaux marchés. Face à ce constat certaines ont choisi de miser sur l’export, d’autres de séduire une nouvelle clientèle là où elles sont déjà implantés. Cette nouvelle clientèle était toute indiquée: les femmes. Rappelons que les femmes restent de plus faibles consommatrices que les hommes avec 21.7 % d’homme ayant une consommation hebdomadaire contre 11.8% de femme. Il n’y a encore pas si longtemps certains pubs proposaient des alcôves cloisonnées pour que les femmes puissent y boire sans s’exposer à la honte. Au restaurant c’est toujours vers l’homme que se tourne le sommelier pour goûter le vin, à moins qu’on lui adresse un signe discret.

Changer le regard des femmes sur la consommation d’alcool ainsi que le regard de la société sur les femmes qui consomment de l’alcool ne représente pas une entreprise aisée, mais passer à côté d’un tel secteur à de quoi agacer. 
Cependant en matière de communication tout ou presque était à inventer: comment s’adresser à cette clientèle?

Adapter des produits déjà existant comme l’a fait Cointreau ou créer de toute pièce des produits totalement orientés pour les femmes comme c’est le cas de Kapsi ?
Parler plaisirs gustatifs ou plaisirs de l’ivresse?
Modération ou pas?
S’axer sur le glamour et la dreamstory ou  sur une consommation qui s’intègre dans le quotidien?

En règle générale les femmes ont tendance à  privilégier des alcool différents de ceux  que qu’affectionnent les hommes ainsi leur choix se porte plus volontiers sur le vin, le champagnes et autres cocktails plutôt que sur les alcools forts et la bière.

Un des traits importants qui caractérisent cette consommation et qu’il est important de souligner est que beaucoup d’entre elles boivent pour  s’autoriser des comportements qu’elles n’oseraient pas à jeun.
Les femmes boivent donc principalement pour s’amuser, en fin de semaine et (paradoxalement) en grande quantité. Si la consommation d’alcool continue à baisser, le taux d’ivresse constaté chez les femmes est, lui, en augmentation régulière.

Dans ce blog nous allons donc nous intéresser avant tout à ces stratégies de communication qui ont pour cœur de cible les femmes. Nous vous les présenterons et mettrons en évidence autant que possible les stratégies qui se cachent derrière, la symbolique mise en oeuvre ainsi que le comportement valorisé.
En espérant pouvoir vous être utile, vous informer, et pourquoi pas vous amuser! 

sources: http://www.stop-alcool.ch/fr/statistiques/statistiques-france
http://www.sante.gouv.fr/sante-des-femmes-discours-de-roselyne-bachelot-narquin.html
Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Analyses campagnes, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s